La musique carnatique est la musique traditionnelle du sud de l’Inde,

elle est basée sur le système de Ragas.
Chaque raga exprime une humeur ou une émotion.
C’est littéralement une science des émotions à travers la musique.
Le chant carnatique est traditionnellement accompagné par un violon ou une Vina (luth indien) et par des instruments de percussions tels le Mridangam, le Gatam et le Kandjira.

La musique indienne tire son origine des Védas, les textes sacrés hindous,

et plus particulièrement du Sama Véda.

Celui-ci est le quatrième et dernier véda, c'est une sorte de mode d’emploi des rituels et des prières hindoues.

Le Sama Véda contient des invocations aux dieux hindous, des prières ainsi que les rituels.

" Sama vedaditham geetham-sujagraha pithamaha "

Brahma a créé la musique à partir du Sama Veda.

Les sept notes ou Sapta swaras, proviennent du Sama véda.

Elles sont la base de la musique carnatique.


" Sisur vetthi pasurvetthi-vetthi ganarasam phanee "
Un enfant, une vache, et même un serpent venimeux apprécient la musique avec  grand plaisir

 

La musique carnatique au fil du temps


Au cours des siècles grâce aux grands vidwans (musiciens et musicologues antiques) tels Bharatha, Matanga, Sarangadeva et venkhatamakhi, cette musique continua à se perfectionner et à évoluer.
Petit à petit la musique indienne s’est divisée en deux écoles et styles bien distincts.
Cette division s’explique par les diverses invasions musulmanes au nord de l’Inde au 12e et 13e siècle, venues d’Asie mineur.
La partie nord adopta donc un style très influencé par le style musical persan et arabe tout en gardant tout de même ses techniques de base originelles.

Le terme Carnatique signifie en sanskrit : "originaire du sud"  et "ancien",


La musique Carnatique continua son évolution en restant fidèle à son style et à son caractère originel. Les invasions mogholes s’arrêtèrent à HYDERABAD, et ainsi n'atteignirent pas la majeure partie du sud de l Inde ( Tamil Nadu, Andhra Pradesh, Karnataka et Kérala).
Même si leur origine est la même, ces deux styles de musique sont très différents par leurs approches, leurs couleurs, et leurs répertoires.


Différentes langues sont utilisées dans chacun des différents styles musicaux indiens:

Pour la musique hindoustani :

Le hindi , l'urdu ou encore le persan qui sont des langues plus modernes.

Pour la musique carnatique :

les langues traditionnelles sont utilisées telles que le sanskrit, tamil littéraire, télugu, kannadam, malayalam.

 

La Marga Sangitham est la musique originelle de l’Inde qui était une musique dévotionnelle, religieuse et relativement simple donc accessible à tous.

A cette époque l'Inde n'ayant pas encore subit les influences persanes, la musique indienne avait déjà beaucoup des ragas populaires actuels et se rapprochait sans doute de la musique carnatique ancienne avec les Divya prabandam (sanskrit) et les Thiruppugazh (tamil).



La Desi Sangitham est la musique indienne actuelle qui est une musique savante, comprenant les deux styles de musique indienne: la musique hindoustani et la musique Carnatique.

Durant la période médiévale, Purandara Dasa, grand poète kannadam et grand compositeur, (1484-1564) imagina une technique (séries d’exercices et de gammes) pour les élèves voulant se former à la musique carnatique avec de bonnes bases.
Ces exercices furent composés en Maya Malava Gowla Raga (raga avec des intervalles symétriques).
Cette technique est devenu la technique systématique d’apprentissage pour les élèves dans cette musique.

C’est au 17e siècle (période moderne) que Venkata makhi établit la classification des ragas carnatiques telle qu’elle est de nos jours.
Les 72 mélakartha ragas ou Janaka ragas (modes principaux) et leurs dérivés, les janya ragas.

 

La période clef de la musique carnatique ou l’age d’or de la musique carnatique s’est établie avec ce qu’on appelle la "Trinité", un groupe de trois poètes musiciens et érudits qui déterminèrent l’évolution et l'élaboration du répertoire caractéristique de cette musique. Tyagaraja(1767-1847), Muthuswamy Dikshitar (1776-1827), Shyama Shastri(1762-1827),
 

 " Athma vivakshamanoyam manaha prerayathe manaha dehasttham vahnimahanthi-sapirerayathi marutham-brahmagrandhi stthithaha sotha krama durdhwa patthe charan ;nabhi hruth kantta munthwasye shwavir bhavayathith dhwanim "
Le feu qui brûle dans notre ventre se joint à l’air que nous respirons et remonte le milieu du ventre, le cœur, le cou puis par la tète, ressort par la bouche et donne un son. ce son devient Nadam

 

          quelques termes de vocabulaire en musique carnatique :


Swaras : notes de musique indiennes

Sapta Swaras : Ce sont les sept notes indiennes: sa ri ga ma pa da ni

ou Shadjam, Rishabam, Gandharam, Madhyamam, Panchamam, Dhaivatam, Nishadam.


Srutis : le son juste, les micro tons, le son parfait du tampura


Gamakas : ornementations effectuées par le soliste sur les notes indiennes.


Abhyasa Gana: est le répertoire comprenant toute la pratique des élèves  (exercices, petits chants tels que les geetas jusqu'aux varnams qui représentent la dernière étape du répertoire d'apprentissage.


Sabha Gana : celui ci représente le répertoire de concert

(Kritis, Kirtanas, Alapanai, Karpana svarams, neraval, pallavis, etc ..)


Guru sishya : l'apprentissage de Maitre à élève, qui s'appuie uniquement sur l écoute, le mimétisme, l'imitation et la répétition.

c'est la tradition orale ancestrale de l Inde.
 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now